Le blog des prépas aux grandes écoles
Cours particuliers prépa Le Blog Edulide Prépa ou fac : que choisir ?

Prépa ou fac : que choisir ?

Ça y est, vous avez ou allez avoir le sésame tant convoité : le bac. Vous commencez à avoir les réponses à vos candidatures Parcoursup et vous n’êtes pas sûr de faire le bon choix : fac ou prépa ? L’université et les classes préparatoires aux grandes écoles sont deux voies bien différentes. Nous allons tenter de vous aider à y voir plus clair, pour prendre votre décision en toute connaissance de cause.

Sommaire :

  1. Le prestige de ces établissements et de leurs filières
  2. Des cadres et des rythmes différents
  3. Des objectifs différents : une spécialisation progressive à la fac, les concours au bout de deux années d’étude en prépa
  4. Dans le doute, commencez par la prépa
  5. Les points forts et les faiblesses de chaque formation
Prépa ou fac : que choisir ?

1. Le prestige de ces établissements et de leurs filières

Alors que près de 57% des étudiants du supérieur le sont dans les universités françaises, seuls 3% des élèves sont sélectionnés pour intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). 

Établissements pour lesquels il n’y a pas (ou très rarement) de sélection à l’entrée, la fac ou les universités ne bénéficient pas de l’aura de prestige des prépas. Mais il faut déjà combattre ce préjugé. 

Certes, les classes préparatoires aux grandes écoles sont des formations sélectives pour lesquelles les étudiants sont triés, classés et sélectionnés, afin de préparer durant deux à trois années les concours aux grandes écoles de France. Tous les établissements délivrant les diplômes de grade master les plus prestigieux de France (à l’exception des universités et de quelques établissements privés et généralement très spécialisés) recrutent leurs élèves sur les concours auxquels sont préparés les élèves des CPGE scientifiques, commerciales et littéraires.

Historiquement, ces classes prépas ont été créées afin d’entraîner et de sélectionner les meilleurs étudiants et candidats dans chaque filière. Si votre but est d’intégrer les meilleures écoles d’ingénieurs, de management, une ENS (École Nationale Supérieure), etc., les classes prépa sont considérées comme la voie royale pour y parvenir. En effet, le rythme intense de travail auquel sont soumis les élèves de prépa, permet de former de futurs professionnels disposant d’une très bonne culture générale, d’une grande capacité de travail, ainsi que d’une formation aux raisonnements complexes, méthodiques et précis.

Mais l’Université n’est pas en reste. Certains cursus sont aussi très sélectifs et ce dès la première année, et certains domaines d’études proposés par les universités sont de véritables formations d’excellence. Ainsi par exemple, pour faire médecine ou droit, il est indispensable de passer par l’université pour y recevoir les meilleurs enseignements du pays. Certains masters de Dauphine jouissent d’une excellente réputation. Certains étudiants préfèrent d’ailleurs faire leur cursus dans cette fac pour s’éviter de payer les frais de scolarité de grandes écoles de management qui leurs procureraient un prestige équivalent.

Si votre projet professionnel est bien défini, il est possible que vous vous aperceviez que le meilleur enseignement disponible le soit à l’université. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à choisir d’étudier à la fac.

Si vous visez une spécialisation ou une école accessible sur concours, ou si vous n’êtes pas encore certain d’avoir mûri un projet professionnel clair mais que vous visez l’excellence, si vous avez un bon niveau général, une forte capacité de travail et une grande motivation, dans ce cas, l’inscription en classe prépa est une évidence.

Certaines écoles sont accessibles par des voies passerelles (sélection sur dossier et/ou entretiens), mais souvent le nombre de places offertes est moindre et le parcours pour y arriver plus long.

Entrer en classe prépa ne vous fermera aucune porte. L’inscription en équivalence à la fac étant obligatoire en début d’année, si vous “échouez” aux concours, vous pourrez toujours continuer votre cursus à la fac.

Ainsi, après avoir répondu à la question de savoir quelles étaient les formations disponibles les plus adaptées à votre projet professionnel, si vous avez encore le choix car l’université et la prépa vous permettent d’y parvenir, il est important de vous demander dans quel cadre vous préférez étudier et à quel rythme.

2. Des cadres et des rythmes différents

Le cadre et le rythme de la prépa est bien différent de celui de l’université.

Tout d’abord, les années scolaires sont plus longues en prépa : de septembre à juin, les semestres d’études sont intenses et chargés. Dispensée dans des lycées, la prépa est véritablement la continuité de ce que l’on connaît dans le secondaire :

  • des semaines de cours chargées,
  • des petites promotions avec des classes de 40 à 50 élèves,
  • une équipe de professeurs que l’on voit souvent et que l’on apprend à bien connaître, notamment lors des colles (examens oraux de préparations aux épreuves des concours),
  • une assiduité obligatoire à tous les cours, pas de retards tolérés…

Tous ces éléments contribuent au fort encadrement dont bénéficient les élèves de prépa.

Étudier à l’université est une expérience bien différente. La plupart du temps, les cours sont dispensés en amphithéâtres. Ils peuvent parfois accueillir près d’un millier d’étudiants, plusieurs centaines à tout le moins. Il y a bien des TD (travaux dirigés) dispensés en petits groupes pour les matières principales, mais généralement, l’univers de la fac est vécu comme beaucoup plus impersonnel. Personne ne viendra vérifier que vous êtes bien en cours magistral d’amphi, ni vous réprimander pour vos retards. L’assiduité n’est vérifiée qu’en TD. Il est beaucoup moins commun de connaître ses professeurs, même si certains mettent un point d’honneur à ne pas être inaccessibles. Mais la qualité des professeurs et de leurs équipes enseignantes peut être tout aussi excellente que celle que l’on trouve en prépa, voire meilleure (devenir enseignant agrégé de fac est un concours très sélectif du fait du peu de places disponibles en France).

Donc en bref, si vous préférez être très encadré et que vous êtes motivé à l’idée d’atteindre votre plein potentiel de travail, que vous visez l’excellence et que passer des concours ne vous fait pas peur : la prépa est faite pour vous.

Si en revanche, après le lycée, et peut-être l’obtention de votre majorité, vous aspirez à plus d’autonomie, que vous voulez être immergé dans un univers offrant pleins d’opportunité de rencontres et que vous savez que vous arriverez à travailler de vous même, l’université offre pleins de perspectives, certaines très intéressantes.

3. Des objectifs différents : une spécialisation progressive à la fac, les concours au bout de deux années d’étude en prépa

On ne rentre pas à l’université et en prépa dans le même état d’esprit. La prépa c’est la perspective d’être très encadré et coaché pour un objectif ultime dans les deux ans : passer les concours aux grandes écoles. Dans ce cadre, les années de prépas sont les années les plus intenses d’un cursus master (les trois ou quatres années en grande école qui suivent sont bien moins éprouvantes, même si certains stages peuvent être challengeants).

Mais il ne faut pas croire que l’université soit de tout repos. Si vous aspirez à faire les meilleurs masters, il vous faudra aussi certainement travailler beaucoup. La pression pour obtenir les meilleures notes est plus diffuse, mais les sessions de partiels deux fois par an peuvent elles aussi être éprouvantes si l’on aspire à l’excellence. Il y a cependant moins d’heures de cours, et plus de travail en autonomie. Le taux d’échec en première année à la fac est beaucoup plus important qu’en prépa. Cela s’explique par le fait que beaucoup d’étudiants peinent à se motiver pour s’adapter au travail en autonomie que requiert la fac.

À l’université, la spécialisation peut arriver plus progressivement qu’en prépa. Dans certaines filières, c’est chaque année que l’on choisit les matières d’option de son cursus. Mais chaque étape, chaque année du cursus à la fac est importante si l’on vise des masters prestigieux. Ainsi, contrairement à la prépa où les résultats des concours sont l’étape la plus importante du cursus, à la fac, plus on avance et plus les notes deviennent importantes.

Donc, si vous préférez monter progressivement en régime et avoir plus de temps pour vous dans un premier temps, étudier à la fac vous offrira l’opportunité de mener vos études et de poursuivre une ou plusieurs autres passions/activités.

Mais si vous vous dites que vous vous sentez prêt pour vous investir à fond dès maintenant, alors vous pouvez privilégier la prépa.

4. Dans le doute, commencez par la prépa

Si vous hésitez entre plusieurs formations, entre la prépa et un cursus en fac, notre conseil est de commencer par la prépa. La rentrée en prépa s’effectue en septembre. Certains étudiants se rendent compte lors du premier mois de cours que la prépa ne correspond pas à leurs aspirations et font le choix de rejoindre l’université sans perdre un semestre ou une année d’étude.

Il est tout à fait possible d’effectuer une première année d’étude supérieure à la fac, ou en DUT ou BTS pour se rendre compte que finalement on voulait faire une prépa. Des étudiants ont ainsi fait le choix de rejoindre une prépa après une première année dans le supérieur. Mais ce parcours est rare, tout comme les étudiants prenant une année sabbatique pour travailler et/ou voyager, apprendre des langues en immersion, puis revenant ensuite à la prépa. Profiter de cette année “initiatique” est très en vogue dans les pays du nord, mais n’est pas rentrée dans les mœurs en France.

En France, on considère généralement qu’il faut profiter de la lancée sur laquelle on était en terminale, l’année du Bac, pour enchaîner sur la prépa.

5. Les points forts et les faiblesses de chaque formation

Pour résumer, voici les points forts de la fac qui peuvent aussi être des faiblesses en fonction de vos aspirations :

  • on se sent adulte plus rapidement, beaucoup d’autonomie est offerte,
  • il n’y a pas de contrôle d’assiduité pour les cours magistraux, seulement pour les TD,
  • les cours sont dispensés dans les amphithéâtres parfois très grands, 
  • il est possible de s’investir dans d’autres activités, passions, la vie étudiantes, les associations,
  • il y a de plus en plus de formations sélectives d’excellence,
  • les examens se font deux fois par an lors des sessions de partiels,
  • il est possible d’effectuer des années ou des semestres d’étude à l’étranger via un séjour Erasmus, et ce dès les deux premières années,
  • un bon dossier pour les masters les plus sélectifs se construit chaque année.

Les points forts et faiblesses de la prépa sont les suivants :

  • l’encadrement ressemble beaucoup à celui du lycée,
  • l’assiduité en cours est obligatoire,
  • les cours se font dans des classes de “petite” taille de 40 à 50 élèves,
  • le rythme de travail est intense,
  • on y acquiert une grande capacité de travail, une très bonne culture générale, une formation au raisonnement complexe, des qualités d’expression écrites et orales pointues,
  • le contrôle continu, les colles, les DS et les semaines de concours blancs font que l’on est évalué en permanence,
  • c’est une formation d’excellence,
  • l’objectif est la préparation aux concours des grandes écoles les plus prestigieuses de France,
  • c’est une formation sélective qui se fait sur la base des notes de première et de terminale,
  • si on aime un domaine comme les sciences en général mais que l’on ne souhaite pas encore se spécialiser, c’est la voie royale vers les meilleures écoles à Bac+2,
  • il est toujours possible de retourner à la fac après une ou deux années de classe prépa grâce au système des équivalences.

Moins de 10% des élèves qui entreront en prépa en septembre auront une réelle chance d’intégrer une grande école du top 5.

En ferez-vous partie ?

En savoir plus

Lycéen : entrez de la plus belle des manières en prépa !

Maximisez vos chances de réussite en vous préparant efficacement à la rentrée de septembre